Jordanie
Créez votre voyage
    L'Histoire de la Jordanie (version courte)
    L'Histoire de la Jordanie (version courte)

    Si la bible fait état des royaumes d’Édom, de Galaad, de Moab et d’Ammon ; on sait que d’autres civilisations sont passées par là : assyriens, égyptiens, babyloniens, perses et grecs (et un certain Alexandre le Grand) mais aussi les nabatéens qui érigèrent leur capitale à Pétra à partir du IIème siècle avant JC afin de contrôler le commerce des caravanes. C’était avant la déferlante des romains et des byzantins. Et hop, l’Islam s’installe dans la région, puis arrivent les omeyyades et les Abbassides avant le tour des croisés, qui ne restent pas les bras croisés face aux armées de Saladin avec qui ils se disputent Jérusalem.

     

    Le territoire, devient ensuite une province de l’empire ottoman pour un bon bout de temps. Puis, au début du XXème siècle, les affrontements éclatent entre les troupes ottomanes soutenues par l’Allemagne et les troupes arabes soutenues par les britanniques qui promettent à Hussein (chérif hachémite de la Mecque) la création d’un état arabe. Le colonel TE Lawrence entre dans la légende. En 1923, le territoire de Transjordanie, sous tutelle britannique, est confié à l’émir Abdallah (fils d’Hussein) avant de devenir indépendant en 1946. Le Royaume hachémite de Jordanie est alors crée. Mais la déclaration israélienne d’indépendance (1948) ne tarde pas à précipiter la Jordanie (et tous les pays de la région) dans la première guerre israélo-arabe. En 1949, Abdallah annexe la Cisjordanie et Jérusalem-Est mais il sera assassiné à Jérusalem en 1951 par un activiste palestinien. Son petit fils Hussein, alors âgé de 17 ans arrive rapidement sur le trône.

     

    A l’issue de la guerre des six jours opposant Israël contre les pays arabes, la Jordanie perd la Cisjordanie et Jérusalem-Est et voit déferler des milliers de réfugiés palestiniens sur son sol. Les fedayins de l’OLP (Organisation de libération de la Palestine), dirigés par Yasser Arafat, investissent  le territoire jordanien pour établir leurs bases en organisant au passage un complot contre le Royaume hachémite. S’en est alors trop pour Hussein qui renvoie manu militari les réfugiés de l’OLP durant un « Septembre noir » qui s’achève par plusieurs milliers de morts. Hussein rompt peu à peu ses liens avec la Palestine jusqu’à la signature en 1994 d’un traité de paix avec Israël. En 1999, Abdallah II, fils aîné du souverain succède à Hussein avec à ses côtés la reine Rania d’origine palestinienne. 

    Vous souhaitez composer votre voyage sur mesure ?
    Créez votre voyage

    Exemples de voyages à personnaliser